Faire ses propres vêtements

Quand j’étais petite, j’étais fascinée par la vieille machine à coudre Singer qui trônait au grenier, celle de mon arrière grand-mère. Tous ces boutons, ce mécanisme bien huilé, je trouvais ça tellement beau. J’avais envie de faire plein de choses avec mais j’étais bien trop petite. Parfois, je l’utilisais, je tentais des choses dans du vieux tissu, je m’amusais. Et j’y passais un temps fou au final. J’adorais ça !

L’autre jour, je suis allée à Tissu Myrtille avec ma maman et j’y ai croisé toutes sortes de tissus, tous plus jolis les uns que les autres. J’avais envie de tout acheter ! Faire ses propres vêtements, jolis et originaux. Trop cool. Cette petite escapade m’a aussi rappelé à quel point j’appréciais faire fonctionner cette machine. Il fallait que je m’y mette sérieusement et que je sois capable de faire des vraies pièces, celles que l’on est fière de porter !

Taper “Patrons de vêtements” sur Google, te plonge vraiment dans un monde tout nouveau et inexploré. On découvre, on salive et surtout, on ne comprend pas tout. Beaucoup de termes bien spécifiques, de choses qui me paraissent bien compliquées aujourd’hui ! J’ai lu, j’ai sélectionné, j’ai cherché des termes, j’ai compris (ou pas), j’ai regardé des vidéos, lus des blogs tous plus beaux les uns que les autres…

Et puis, je me suis lancée. J’ai sélectionné des patrons, les ai étudiés, imprimés, assemblés et je suis retournée à Tissu Myrtille. J’y ai passé presque deux heures. A choisir, hésiter et poser des questions. Changer d’avis puis sauter le pas. J’ai de quoi faire. J’ai de quoi commencer ! Quelque chose de basique d’abord, un haut, tout ce qu’il y a de plus simple. Mais simple, simple, ça demande tout de même un peu d’entrainement. J’ai commencé à 19h et je n’ai pas su m’arrêter. Pour minuit, j’avais mon premier t-shirt. Gris, tout simple, trop court dans la longueur, un patron qui ne me convient pas, mais un premier t-shirt. Qui tient la route, propre, sans trop de mauvais plis. J’ai même appris ce qu’était une bande de propreté à coudre sur l’encolure de mon vêtement. En bref, ça annonce du bon. Et surtout, j’ai adoré faire ça. J’ai regardé un film, j’ai réfléchis, laissé mes pensées divaguer, pas vu le temps passer et oublié de manger… Oups. Et j’ai déjà envie de recommencer.

Prochaine étape, la jupe !

Bien à toi, 

Elsa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *