J’entame un nouveau chapitre de ma vie

Je n’ai jamais eu l’occasion de vous en parler, mais depuis plus de six mois, je cherche un travail. J’en suis au tout début de mon histoire professionnelle, je suis sortie de l’école il y a moins d’un an et tout est un début pour moi, niveau pro j’entends.

Après de nombreux espoirs et de nombreuses déceptions, j’ai aujourd’hui trouvé un job. Et un chouette. Qui me plait et qui me motive.

(Aujourd’hui, aujourd’hui… C’était il y a un mois. Mais vous savez, le temps qui passe vite, tout ça tout ça…)

Mon leitmotiv, c’est la culture. Je cherchais un emploi dans ce monde que je trouve tout aussi merveilleux qu’il n’est passionnant. Et je l’ai trouvé, mon job dans la culture ! Et vraiment, je respire. Je suis heureuse de découvrir tous les jours de nouvelles choses, de comprendre tous les jours un peu plus cet environnement si vaste. J’ai toujours vu le domaine culturel et tous les événements qui la composent comme une immense fourmilière. Pleine de tunnels qui se croisent et se recroisent, de carrefours et de fourmis qui mettent leur énergie au profit de ce qui les fait vibrer. Le domaine culturel, c’est un domaine de passionnés, d’amoureux de la musique, de la danse ou de tout autre chose qui fait la culture et cette multitude d’amours fait naître assez de fougue pour déplacer des montagnes.

Je n’ai pas eu le temps de me poser trop de questions avant d’entrer dans ce nouveau monde puisque j’ai commencé la semaine suivant mon entretien. Sincèrement, je peux vous dire que j’ai assez mal dormi ces quelques nuits. Comment s’habiller, comment est-ce que cela va se passer, est-ce que j’ai fait le bon choix, est-ce que je vais me plaire… Autant de questions qui trottent dans la tête à tout moment du jour et de la nuit. Mais plus que la peur, c’est l’excitation que j’ai le plus ressenti. J’ai vraiment l’impression de tourner une page de ma vie. D’entamer un nouveau chapitre, de laisser des choses derrière moi pour en découvrir d’autres. Et j’apprécie grandement de vivre sereinement ce changement. Et je souris.

Découverte des locaux, découverte de mes missions et surtout, découverte de mes collègues. Je m’y suis sentie bien. Tout de suite. Quel plaisir que de rencontrer de nouvelles personnes, avec des connaissances et de la discussion. Je pourrais les écouter parler pendant des heures. Ils connaissent tous si bien le monde dans lequel ils progressent depuis des années. Ils ont des avis sur les choses et n’ont pas tous les mêmes. Moi, qui vient de passer la tête par l’entrebâillement de la porte, bonjour je débarque, je perçois beaucoup de bienveillance et c’est joli à voir. Et c’est rassurant.

A défaut d’avoir beaucoup dormi avant de rencontrer tout ce beau monde, j’ai beaucoup dormi après. Oui, beaucoup. J’ai passé mes premières journées à tout découvrir, à prendre note de la moindre info qui me tombait sous la main, j’avais envie de poser toutes les questions du monde. Et quand je quittais le boulot, j’avais juste envie d’aller pianoter sur mon ordinateur pour aller glaner de nouvelles informations ici et là. Mais je me suis maîtrisée. J’ai pour mot d’ordre de m’investir pleinement dans mon travail, mais une fois la porte du bureau fermée, ne pas oublier qu’il y a d’autres choses à penser.

J’ai toujours estimé que ma vie professionnelle allait énormément peser dans ma balance du bonheur. Pour moi, c’est dans mon travail que je vais m’épanouir le plus et depuis toujours, j’ai tout mis en oeuvre pour que je puisse m’épanouir dans un boulot qui me plaise et qui me ressemble. Aujourd’hui, je fais mes premiers pas, toute seule. Et je suis réellement heureuse et fière de les faire ici et maintenant. Dire que je suis fière de moi, je n’y arrive pas si souvent. Doublement fière alors.

Bien à toi, 

Elsa

Images gif : https://giphy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *