Du thé, du clavecin et un ordinateur

Ce weekend, un rendez-vous était annoncé au Mouton à cinq pattes, célèbre café culturel de la place Guérin à Brest. Il s’agissait, sur le papier, d’un petit concert de musique baroque par Clémence, Ruth, Etienne et Guillaume. J’y suis allée puisque j’aime beaucoup la musique baroque et que c’était une belle occasion pour la faire écouter à ma moitié. 

Ma référence baroque restera toujours le très connu canon de Pachelbel (Sisi, tu connais), à la fois léger, joyeux et très solennel. Toujours un plaisir à écouter. 

Après avoir commandé un petit thé bien sympa, nous sommes allés nous installer dans la petite salle, au fond du café. Surprise, un Mac faisait parti des instruments installés. C’est ce qu’il y a eu de plus intéressant, cette alliance entre la musique baroque et ce qu’il était possible de faire sur ordinateur. Deux enceintes, un clavecin, un violoncelle, un traverso et le tour était joué.

Un premier morceau, tout ce qu’il y a de plus classique, sans informatique, qui nous laisse voyager à travers les époques. Doux, chantant, régulier. Puis un second, un duo entre traverso et ordinateur, jouant tous les deux en temps réel, un moment léger et entraînant, un vrai dialogue entre le flûtiste et le musicien sur ordinateur. Vient ensuite le temps d’un duo violoncelle ordinateur, un beau morceau plein d’émotions et d’intensité. Et enfin, un duo clavecin ordinateur qui mélange à la perfection l’ancien et le moderne. 

Après une petite heure vraiment chouette, pleine d’émotions, de bonheur partagé et de musique dans tous les sens et ne voulant pas que ce soit la fin, nous avons eu l’occasion d’écouter une composition de la violoncelliste, une composition sur ordinateur. Lumières éteintes, l’ambiance était réellement marquée par l’écoute de ce morceau. Un moment fort, à la fois personnel et partagé avec les autres. Une pause dans le temps. Un moment de détente également. 

Ce moment fut une vraie pause dans mon weekend, un moment à part, flottant au dessus du reste. Ce genre de moment, intimiste, que l’on garde longtemps au fond de soit, comme un très beau souvenir. 

Bien à toi, 

Elsa

Le mouton à cinq pattes
L’évènement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *